Exhibit! tisse sa toile

Exhibit!, c’est reparti ! Pour sa deuxième édition et toujours dans le cadre d’Un Eté au Havre, la manifestation propose une programmation consacrée aux arts et cultures numériques au sein du Fort de Tourneville. Exposition, projections, œuvre collaborative et atelier de fabrication nourrissent ce temps fort estival. A découvrir jusqu’au 8 septembre.

Détail de l’exposition En série de Nils Völker, au Tetris.

A la nuit tombée, Le Tetris s’anime. Si ses portes sont fermées, ce n’est pas pour autant qu’il est vide de vie (notre photo d’ouverture). Par certaines ouvertures, l’observateur sidéré découvre, prise au piège, une gigantesque… araignée ! La voilà qui s’approche comme pour mieux percer la nuit, se retire, apparaît dans une autre pièce et se multiplie. L’effet est saisissant, l’illusion terrifiante pour les uns et fascinante pour les autres. Pour Araneola Le Havre, Friedrich van Schoor a placé un minuscule insecte dans une maquette à petite échelle du bâtiment, l’a filmé et projeté sur la façade. Rien de tel qu’une bonne petite peur sans suite pour électriser les nuits estivales. Depuis 2017, Le Tetris distrait son été en proposant à ses habitués amateurs de musiques actuelles une incursion dans le domaine des arts plastiques.
Née pour fêter le 500e anniversaire du Havre, en 2017, l’initiative avait réuni près de 30 000 visiteurs à l’occasion de Smart Factory, un parcours d’œuvres interactives explorant le lien humain-machine. Réussite qui ne pouvait pas demeurer sans suite. Dès l’année suivante, Exhibit! voyait le jour. Autour d’une exposition centrale – Paysages-Fictions, placée sous le commissariat de Charles Carcopino – étaient proposés des conférences, un fablab et des œuvres dans le domaine public. Formule reconduite pour l’édition 2019, dont l’invité principal est Nils Völker. Ses installations cinétiques sont exposées au Tetris jusqu’au 8 septembre. A partir de sacs plastiques, couvertures de survie et autres objets industriels, l’artiste allemand a créé des pièces de formes et de sons qui composent un espace en mouvement à traverser, écouter et contempler.
Dédié aux musiques actuelles, Le Tetris est animé par Papa’s Production, qui œuvre depuis plus de 20 ans au développement culturel et musical du territoire havrais. L’association, qui s’occupe également du Ouest Park Festival, d’accompagnement d’artistes et d’une radio locale, a pour objectif de croiser les disciplines, les publics, et de décloisonner les esthétiques artistiques. Ambition qui l’a naturellement amenée à faire dialoguer les musiques actuelles et les arts numériques, deux esthétiques à bien des égards connectées et dont les problématiques contemporaines possèdent de nombreuses intersections explorées au Tetris.
A noter que le jeudi 29 août aura lieu, à 18 h 30 au Tetris, une rencontre intitulée Une histoire politique de l’Internet et organisée par la plateforme Oblique/s. Céline Berthoumieux (directrice de Zinc, Marseille), Pascal Desfarges (commissaire d’exposition de la Biennale Internationale de Design de Saint-Etienne), Fabien Benoit (journaliste) et Stany Cambot (architecte) s’interrogeront notamment sur le devenir du Web. Les réflexions du public sont les bienvenues. Car si la volonté d’Exhibit! est de faire découvrir et ressentir, la manifestation souhaite également créer une émulation, faire participer. Pour les bricoleurs et autres Géo Trouvetou, rendez-vous à la commanderie du fort, où Niklas Roy les invite à collaborer à Musical Windmills. Il s’agit d’y fabriquer un moulin à vent qui viendra compléter l’installation. Associés à des boîtes à musique, les petits dispositifs producteurs d’énergie n’attendront plus alors que la bonne volonté d’Eole pour se mettre en mouvement et faire chanter l’ensemble. Musique, quand tu nous tiens !

Contact

Exhibit ! – Explorons les cultures numériques, jusqu’au 8 septembre au Tetris, au Havre.

Crédits photos

Image d’ouverture : Araneola © Friedrich van Schoor, courtesy Le Tetris –Windmill Powered Music Boxes (Namur, 2017) © Niklas Roy – Vues de l’exposition En série Nils Völker, courtesy Le Tetris