Je suis Charlie

Dire « Je suis Charlie » n’est pas être Charlie. Exprimer sa solidarité, être présents, marcher, applaudir, brandir des dessins, des crayons, chanter à l’unisson la liberté, en France et dans de très nombreux endroits du monde, tout ceci était absolument nécessaire. Faire savoir à ceux qui sont touchés dans leur cœur et dans leur chair que nous sommes là, que dans la mesure du possible nous les soutenons, et à ceux qui sont responsables de ces abominations, que nous les combattrons désormais sur tous les fronts, était un geste éthique essentiel, humainement obligatoire, fondamental. Cependant dire « Je suis Charlie » n’est pas être Charlie. Seuls ceux qui ont fait l’hebdomadaire sont vraiment Charlie et savent ce que cela implique. Ils ont eu raison de lutter contre tous les extrémismes, l’obscurantisme d’où qu’il vienne, la bêtise sous toutes ses formes. Il leur a fallu bien de la conscience et du courage pour garder les yeux ouverts, la plume alerte et l’humour acide dans un monde trop souvent indifférent. Dès dimanche, les millions de personnes concernées se sont demandés comment donner une suite à cet hommage, à cet élan, à cet engagement. La rédaction d’ArtsHebdo|Médias a décidé pour sa part d’ouvrir un espace permanent d’information sur la liberté d’expression. Il ne sera pas aussi formel que les articles habituels. Il se destine à enregistrer, jour après jour, les coups de canif qui visent la liberté d’expression des journalistes et des artistes ou au contraire les manifestations qui la renforcent, la soutiennent. Publier un dessin, une photo, un texte, un lien, une citation… sans attendre qu’il y en ait assez pour lancer un sujet, écrire un dossier, faire un numéro spécial : ce sera notre façon de dire « Merci Charlie ». Et aujourd’hui, achetons tous Charlie Hebdo !