Intrigants oxymores à l’invariante échelle du vide

« Apprendre à mesurer nos rêves sous intensité insoluble. »  De subtiles aphorismes  intriquent les doubles pages photographiques au secret de la nature sans jamais frôler le cliché et c’est au bord du trou noir que jaillit la lumière quand à chaque nouvelle prise en main, la métaphysique relance le désir : celui de rapprocher l’objectif pour rebondir, de se rafraichir à la surface de ces intrications profondes.

Elle est peintre, essayiste, autrice de livres objets, animée par la danse ; il est plastisonneur, bricodeur multi-mes-doigts avant l’heure, agit-acteur compositeur en Bourgogne. « Comment venir à bout du réel ? Interroge la question chronique, M’a-t-on rêvé dans un livre ? Se demande l’agitateur conseil. « A l’échelle du vide » répond à ces curieuses béances sous la plume d’Anne de Commines et dans l’œil insolite de  wall°ich », commente  Jean-Pierre Simard, éditorialiste à lautrequotidien.fr, dans sa préface de l’ouvrage. « Dans le prestige du noir et blanc, le photographe Wall°ich émet des lumières totems et arque les tensions. Anne de Commines précise les proses dans des marges inattendues où sévit parfois un néant studieux ! Tous deux inventorient de puissants échos pour rivaliser avec les meilleures allusions d’optique et autres utopies vérifiables. Ondes graphiques et vers au ralenti, achèvent nos propres densités », poursuit leur complice.  

Un texte de Sophie Hoguin à l’issue du livre photographique en explicite le titre : tandis qu’un article publié dans l’Astrophysical Journal propose un nouveau modèle théorique de l’univers qui se passerait bien de l’énergie noire et de la matière pour expliquer l’accélération de sa propre expansion et sa « masse manquante » – puisque les propriétés du vide ne changent pas qu’il soit contracté ou dilaté, remarque à juste titre, André Maeder professeur honoraire au département d’Astronomie de la faculté des sciences d’Unige à Genève, en référence à l’invariante échelle du vide. « Cet opus fait de la vie une matière désormais compatible, mais, pas d’inquiétude l’existence nous compte parmi ses Énigmes », conclut Simard. Quoi dire de plus ? Somptueux !

Pour se projeter « à l’échelle du vide », il suffit de feuilleter  ici, quelques pages.  Pour commander l’ouvrage c’est A l’échelle du vide, éditions UNICITE – 2022-2023 – Format : 210 L mm x 210 H mm (Portrait) 86 pages. Intérieur papier : Couché Satiné/Mat – 170 g/m2, impression : 4+4 (Quadrichromie – CMJN – R°/V°) Offset. Façonnage : Broché-cousu collé, épaisseur du dos :  9.2 mmCouverture papier : Couché Satiné/Mat – Blanc 300 g/m, couverture impression : 4+0 (Quadrichromie – CMJN – Recto) – pelliculage mat. ISBN/EAN : 978-2-37355-737-4

Visuel> © A l’échelle du vide  double page intérieure, texte Anne de Commines, photographie wall°ich.

 

 

Print Friendly, PDF & Email