A Perpignan : rencontre avec Francesca Caruana

En février 2013, s’est tenu à Perpignan un colloque transdisciplinaire de deux jours intitulé « Les écritures et inscriptions de l’œuvre d’art », présidé par l’écrivain Michel Butor. Il était organisé par la plasticienne Francesca Caruana, par ailleurs maître de conférences en sémiotique arts plastiques et sciences de l’art à l’université de la ville, dans le cadre d’une des Journées sentinelles. Initiées en 2011, celles-ci ont pour but de questionner la manière dont notre société produit des images et les qualifie d’art. En 2013, il s’agissait de s’intéresser aux moyens mis en place par les artistes, chercheurs, musées, centres d’arts, commissaires d’exposition, commissaires priseurs et critiques, lesquels ont peu à peu bouleversé, par leurs actions convergentes, la classification des genres ; et, plus précisément, d’interroger les pratiques artistiques en relation avec toutes formes d’écritures (substitut et similitude graphiques, tatouage, titrage, etc…), puis de questionner leur inscription en tant qu’œuvres dans le monde de l’art. Un ouvrage éponyme réalisé par Francesca Caruana vient de paraître aux éditions L’Harmattan, qui témoigne de cette rencontre et rend compte des interventions de la vingtaine de participants – parmi lesquels Pascale Ancel, Michel Balat, Mireille Calle-Gruber, Philippe Piguet, Marco Righi, Christian Skimao ou encore Benoît Tane. A cette occasion, la librairie perpignanaise Torcatis organise une rencontre autour de l’auteur, ce mardi 20 mai à 18 h.