SO CUT/E : Deshais et Rubinstein prennent la souris par la queue 

A gauche Nicolas Rubinstein, Tronc blessé, 2021, détail bois d’if et bronze. A droite Jessy Deshais, Les livres noirs 2021 © Montage photo orevo

Dans le prolongement de l’exposition collective de La Trans Galerie 2021 : So Fiesta ! qui s’est tenue à la Halle des Blancs Manteaux, du 3 au 5 décembre derniers dans le cadre historique de So BD – avec les artistes François Andes, Rodolphe Baudouin, Tamina Beausoleil, Corine Borgnet, Gaël Depauw, Jessy Deshais, Chloé Julien et Philippe Puiseux – les festivités se poursuivent dans le marais avec SO CUTE !, une exposition double de Nicolas Rubinstein et Jessy Deshais, curatée par l’autrice et critique d’art Isabelle de Maisonrouge. Mais qu’est-ce que ces deux plasticiens Nicolas et Jessy ont en commun si ce n’est de faire œuvre avec presque rien ? Tous deux, semble-il, veulent en découdre avec DISNEY : basé à Marseille,  Nicolas Rubinstein fut depuis longtemps démasqué par ses sculptures et couvertures de magazine pour avoir mis le so charming souriceau du soft power américain dans des situations bien incongrues (mais pas que) : on découvrira dans l’exposition So Cute (jusqu’au 15 janvier rue des Guillemites à Paris) une nouvelle série minimaliste de tableaux monochromes « trans percés » ainsi qu’une sculpture réalisée dans une souche de bois d’if : non sans rappeler les œuvres lacérées du spatialiste argentin Lucio Fontana (1899 -1968) ses perforations d’où s’immiscent des colonnes vertébrées réalisées à partir de bronze convoquent d’avantage l’idée de la métamorphose de la toile ou du tronc abandonné en une créature émergente ou bien le concept de la réparation japonais du Kintsugi qui tend à  redonner vie à l’objet brisé en recollant et comblant ses fissures par un métal  précieux. 

Transformation encore dans l’œuvre de Jessy Deshais qui creuse sans vergogne une toute nouvelle série de livres d’art et de BD édités par Elvifrance dont les contes chers à l’oncle Walt sont ici réinterprétés dans des récits  « féérotiques ». Jessy Deshais les éventre, les dissèque de ses plumes acérées auxquelles elle donne des noms comme s’il s’agissait de ses complices mythifiées par une réécriture  féministe et jouissive qui s’engouffre dans la profondeur des pages . Toutes ces transgressions jubilatoires sont montrées à (ces dames et) messieurs jusqu’au 16 janvier 2022, les jeudi, vendredi, samedi et dimanche de 15h à 19h, 4, rue des Guillemites, 75004 Paris. 

Informations complémentaires : 

A l’agenda : https://www.artshebdomedias.com/agenda/so-cut-e-jessy-deshais-et-nicolas-rubinstein/

 https://sobd2021.com/les-expos/la-trans-galerie 

https://www.instagram.com/explore/tags/transgalerie

 

Print Friendly, PDF & Email