La création humaine célébrée par Pascal Convert à Lascaux

Le site de Lascaux accueille actuellement une vaste installation signée Pascal Convert. Composée de vidéos, de photographies ainsi que d’un livre d’artiste, elle est le fruit d’un projet mené depuis 2016 par le plasticien français autour de la grotte de Bâmiyân, dans le centre-est de l’Afghanistan, site où furent érigés entre l’an 300 et la fin du VIIe siècle les Bouddhas géants, dont deux furent détruits en mars 2001 par les Talibans au nom de l’interdit de la représentation humaine. « La grotte de Lascaux est pour l’Europe, pour le monde, un des lieux réels et symboliques majeurs de la création humaine, rappelle Olivier Kaeppelin, commissaire de l’exposition. Pascal Convert nous montre la merveille de la création mais qui, loin d’être conservée précieusement comme une part de notre histoire et de notre pensée, a subi l’assaut du nihilisme et de la barbarie. (…) Son œuvre est celle d’un artiste, d’un écrivain extrêmement soucieux de la forme, de la figure, de la beauté, et aussi celle d’un poète qui situe son travail dans le champ politique où il souhaite que son art ait son mot à dire, par exemple les conflits actuels au Moyen-Orient, où ceux de la Résistance en 1940-1945, mais aussi dans le souci, plus existentiel, de l’être humain, de l’enfance et son devenir, du legs de notre patrimoine “vivant” pour qu’il continue à nous apprendre du passé contre l’ignorance dévastatrice. » « Les Bouddhas ont résisté à l’installation de l’Islam dans la région, aux invasions mongoles, aux diverses dynasties et roitelets qui se sont succédés et il a fallu entrer dans le XXIe siècle pour assister à leur destruction au nom de la pureté culturelle, note quant à lui Pascal Convert. Couper une tête, détruire une sculpture relèvent d’un même projet, disloquer autant les corps que la pensée. » L’exposition Bâmiyân à Lascaux est à découvrir jusqu’au 5 janvier 2020. Visuel : Petit Bouddha, Pascal Convert, 2017.