Ingrid Milhaud , lauréate du Prix Espace Beaurepaire 2017

Ingrid MilhaudInitié en 2014 par la collectionneuse Thérèse Gutmann, le Prix Espace Beaurepaire a pour thématique générale « Mémoire et Oubli » – déclinée cette année sous le titre « Je me souviens » –, et s’adresse à des artistes ayant eu l’occasion d’exposer dans le lieu créé en 2000 dans le Xe arrondissement de Paris. Lauréate de l’édition 2017, Ingrid Milhaud est récompensée pour son projet intitulé La Trace, une trilogie construite autour de la mémoire familiale et dont elle présente ici les deux pans les plus récents. Réalisé à partir d’un album de famille marqué par le temps, L’Album « vise à rendre sensible cette expérience à la fois très intime et si commune de la fragmentation des souvenirs, en donnant une forme à un chaos de restes de mémoire », explique l’artiste. Fanthotypes est une série de photographies de vêtements de nourrissons et d’enfants en bas âge obtenues par un procédé particulier appelé anthotype – le tirage est effectué sur un papier traité avec des jus de fleurs, de plantes ou de fruits, en l’occurence du jus de framboise – : « Fanthotypes est l’empreinte de différentes strates d’une histoire de famille au delà des mots, d’une histoire de femmes, et de la continuité d’une transmission silencieuse de mère en filles. (…) Le tirage anthotype ne peut pas être fixé. La lumière du jour, nécessaire à l’apparition de l’image, provoque aussi sa disparition si son exposition est prolongée. (…) Les tirages encadrés seront protégées par un voile blanc à soulever pour découvrir l’image. » Ces travaux seront présentés lors d’une exposition programmée du 22 au 26 février prochains aux côtés de ceux des quatre autres finalistes, tous photographes : Charity Thomas, Pierre Faure, Adelap et Dominique Mérigard. Le prix sera remis lors du vernissage, le mardi 21 février à 19 h 30. Visuel : Extrait de la série Fanthotypes, Ingrid Milhaud.