La Biennale de Sydney sous un ciel orageux

La biennale d’art contemporain de Sydney a ouvert le week-end dernier les portes de sa 19e édition dans un climat tendu, après la démission, dix jours plus tôt, de son président Luca Belgiorno-Nettis. Elle faisait suite à des semaines de polémique et de fortes menaces de boycott de la part de plus d’un tiers des quelque 94 artistes sélectionnés pour l’événement : au cœur des débats, les activités du principal sponsor de la biennale, Transfield Services Ltd. – dont Luca Belgiorno-Nettis est aussi l’un des directeurs –, société notamment en charge des services de sécurité et de santé des centres de détention de demandeurs d’asiles, installés sur les îles de Nauru et Manus (Papouasie-Nouvelle-Guinée) et dont les conditions sont régulièrement dénoncées dans la presse australienne. « Il s’est passé quelque chose de très intéressant avant la Biennale, a déclaré la directrice artistique Juliana Engberg, peu avant le coup d’envoi de la manifestation, affirmant admirer “la position éthique forte” des artistes. J’espère que nous pouvons maintenant commencer à nous concentrer sur le travail que ces quelque cent artistes ont effectivement produit pour nous. » You Imagine What You Desire est le thème de cette édition 2014, qui met plus particulièrement à l’honneur la vidéo. A découvrir jusqu’au 9 juin. Tout le programme.