Bertille Bak récompensée par le Prix Mario Merz

Vidéo, dessin et installation sont ses modes d’expression privilégiés. Depuis une douzaine d’années, Bertille Bak explore la notion de communauté, interrogeant la mémoire des individus, des lieux et des territoires, tissant des liens entre passé et présent, fiction et réalité, fable et documentaire. S’articulant autour de l’humain, son travail s’inspire des groupes qu’elle rencontre et se nourrit des rites, objets et architectures qui font lien et permettent le vivre ensemble. Le 10 octobre dernier, l’artiste française, née en 1983 à Arras, a été récompensée dans le cadre du Prix Mario Merz, remis tous les deux ans par la fondation éponyme dans deux domaines, art et musique. Les autres finalistes de la section Art étaient Mircea Cantor, David Maljković, Maria Papadimitriou et Unknown Friend. Le jury, composé de Manuel Borja-Villel (directeur du Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofía à Madrid), de l’artiste Lawrence Weiner, de Massimiliano Gioni (directeur artistique du New Museum, à New York, et de la Fondation Trussardi, à Milan) et de Beatrice Merz, a ainsi motivé son choix : « Face au niveau d’excellence des artistes nommés pour la troisième édition du Prix, en termes de qualité, de profondeur conceptuelle et de précision linguistique, la proposition de Bertille Bak est apparue comme la plus proche des caractéristiques recherchées par le Prix Mario Merz. » Lequel récompense des artistes déjà reconnus dans leur pays comme à l’international, sans condition d’âge, ni de discipline, mais devant être nominés en ligne par des commissaires d’exposition, des directeurs de musée, des critiques d’art, des directeurs de galerie et/ou des membres d’associations culturelles. La plasticienne sera invitée à exposer en 2020 à la Fondation Merz à Turin. Visuel : Bertille Bak © Photo Fondazione Merz.