Arles s’ouvre à une autre réalité

La quatrième édition du VR Arles Festival se déroulera du 1er juillet au 25 août. Présidé par l’actrice Charlotte Rampling, un jury international multidisciplinaire y décernera plusieurs prix. Les Rencontres du Virtuel réuniront pour une journée des artistes internationaux qui échangeront sur le thème du festival. Pendant une semaine, des créateurs, commissaires d’exposition et chercheurs exploreront l’intersection entre imagerie virtuelle et création photographique contemporaine. Des présentations d’œuvres immersives et hybrides auront lieu. Le jeune public sera également convié à une série d’ateliers.

7 Alchimies en réalité virtuelle, (détail), Julio Le Parc.

Popularisée par les jeux vidéo dans les années 1990, la réalité virtuelle a désormais conquis de nombreux domaines, du monde de l’entreprise à celui de la création. Les artistes la plébiscitent pour ses qualités interactives et l’approche visuelle unique qu’elle permet. Depuis 2016, le VR Arles Festival lui est entièrement dédié. Réparties en trois thèmes – « Imaginer le réel », « Raconter le réel » et « Au-delà du réel » –, les 18 œuvres réunies cette année, de fiction, documentaires ou de création artistique, permettront une approche différente de la réalité. Mettant en scène des expériences interactives avec des univers de science-fiction, elles entendent inviter à assister à des luttes de communautés pour leurs droits et leur survie ou encore plonger les visiteurs dans des réalités alternatives.

Ayahuasca (détail), Jan Kounen.

Dans le film 7 lives du cinéaste Jan Kounen, le visiteur est par exemple confronté à ses peurs. Il suit l’âme d’une jeune fille cherchant à mettre un terme à son errance en aidant des personnes, qui ont assisté à sa mort violente, à trouver la paix. L’œuvre interactive déploie un nouveau moyen de narration dans lequel le visiteur peut influencer l’histoire et ainsi vivre une expérience sur-mesure. Pour sa part, Bonfire de Eric Darnell (voir la vidéo ci-dessous) propose au public une aventure où il faut se fier à ses sens et à son instinct pour se frayer un chemin dans des mondes regorgeant de créatures dangereuses aux apparences parfois trompeuses. L’animation Luna (notre photo d’ouverture) de Robin Hunicke et Martin Middleton permet, quant à elle, de créer des « univers musicaux miniatures » et de laisser s’exprimer la créativité de chacun dans un cadre fantastique et bucolique où la nature fournit les instruments de musique : feuilles, étoiles, troncs d’arbres, etc.

Awavena (capture d’écran), Lynette Wallworth.

Différentes œuvres s’ingénient à envisager les évènements sous diverses perspectives. Inspirées par des visions psychédéliques, elles obligent à regarder autrement. L’animation Ayahuasca, de Jan Kounen, met en scène des hallucinations visuelles. Elle tient son nom d’une drogue hallucinogène sud-américaine utilisée dans le chamanisme afin de guérir, mais aussi d’ouvrir les portes d’une réalité différente, plus complète. Dans Awavena, la réalité virtuelle, substitut de la drogue, permet à une chaman d’Amazonie et à l’artiste Lynette Wallworth de partager l’histoire et le quotidien des Yawanawa.
Autre création, autre finalité. Le précurseur de l’art cinétique Julio Le Parc nous fait plonger dans 7 Alchimies en réalité virtuelle. L’œuvre surprenante est le prolongement numérique de plusieurs de ses peintures. De 14 teintes différentes utilisées en exclusivité par l’artiste depuis 1959, des points se meuvent au rythme d’une musique envoûtante. Sous l’impulsion du visiteur, ils forment une succession de tableaux tissant ainsi un lien plus personnel entre l’œuvre et le regardeur.

Contact

VR Arles Festival, du 1er juillet au 25 août, Couvent Saint-Césaire, Impasse de Mourgues, 13200 Arles. Ouvert tous les jours de 10h à 19h. www.vrarlesfestival.com

Crédits photos

Image d’ouverture : Luna (détail) © Robin Hunicke et Martin Middleton – 7 Alchimies en réalité virtuelle © Julio Le Parc – Ayahuasca © Jan Kounen – Awavena © Lynette Wallworth – Bonfire © Eric Darnell