Sarah Trouche | Avec la conscience qu’elle ne peut poursuivre…

Par la performance, la photographie, le film, l’installation, Avec la conscience qu’elle ne peut poursuivre sur le chemin des Vivants, elle prend la décision de le quitter convie les visiteurs à une exploration de deux territoires situés au nord et au sud, l’île de Svalbard en Arctique et un village flottant au Bénin. « J’ai toujours beaucoup voyagé et travaillé là où je me situe. Je me souviens lorsque j’étais dans le désert marocain et me posais la question : Où suis-je si- tuée ? Je me suis retrouvé face à un berbère qui m’a confié, "Tu es là où tes pieds sont situés". J’ai envie de garder cela en tête. On est là où nos pieds sont situés. J’ai envie d’associer cette phrase à cette phrase de Feldwin Sarr : "Nous ne sommes que des passants". Ces deux phrases nous mettent forcément dans l’action. Je me situe quelque part et je passe », explique Sarah Trouche à la commissaire d'exposition Pauline Lisowski. Visuel> Attrape-lune, performance de Sarah Trouche et de la compagnie Winterstory in the Wild Jungle. 2021 ArtParis. ©Sarah Trouche