Caroline Delieutraz | Bleen

« Intitulée Bleen, l’exposition de Caroline Delieutraz se déploie comme un monde peuplé d’étranges créatures “potentielles”. Un monde en métamorphose qui emprunte autant à la science-fiction de Cronenberg, à l’univers fantastique de Kafka qu’au dernier film de Thomas Cailley, Le Règne animal, où le rapport à l’altérité et la question identitaire constituent le cœur des réflexions. Un monde vibrant qui fait écho au nôtre, où des formes de vie méconnues incubent patiemment. De fait, quelques œufs reposent au sol, tandis que des sculptures molles se succèdent au mur : une série de sept bestioles aux allures d’arthropodes. Les teintes, aux reflets irisés, vont du vert acidulé au bleu métallique, en passant par un cramoisi terreux. Sur certaines pièces semblent croître des lianes grimpantes, des toiles d’araignées ou des vaisseaux sanguins. Des motifs organiques qui rappellent aussi les sneakers futuristes au design bien léché. D’autres, encore, revêtent des écailles reptiliennes. Autant d’hybridations témoignant d’une reconfiguration du vivant où les frontières, qui opposent humains, machines, animaux et végétaux, s’effondrent », explique la commissaire d'exposition Indira Béraud. Visuel> Vue de Bleen. ©Caroline Delieutraz, 22,487 m2.