XM dresse un temple au BPS22

Situé à Charleroi, en Belgique, le Musée d’art de la Province Hainaut – BPS22 propose actuellement deux expositions qui se complètent étonnamment. Dans la grande halle, le jeune artiste belge Xavier Mary dresse, pour sa première exposition muséale, une impressionnante installation où les matériaux industriels rencontrent la rigueur du minimalisme et l’élévation séculaire des temples Khmers. Dans la galerie, se déploie l’œuvre picturale d’un autre artiste belge, Sanam Khatibi, qui nous invite dans son faux Eden sensuel et sauvage.

Too Many Parties, Xavier Mary.

Au BPS22, les expos les plus réussies sont celles qui se confondent avec les lieux comme si elles en étaient l’émanation. Et c’est le cas avec celle de Xavier Mary. Sous les arches métalliques de l’imposante halle industrielle de verre et de fer, s’élèvent de drôles d’installations où l’on croit distinguer le rebondi de pneus démesurés. On ose à peine imaginer les monstres mécaniques qu’ils devaient équiper. Découpés en quatre et empilés par taille décroissante, ils forment la pyramide qui s’élève au centre de la halle. Des escaliers métalliques en matériaux de chantier grimpent abruptement au sommet.
C’est le genre de pièce qui impose par sa monumentalité. Après la surprise du premier regard, on peut commencer à s’attarder sur les détails, et les associations d’idées commencent à circuler comme les néons qui tournoient au sommet des quatre tours qui complètent l’installation. Complètement usés, les pneus présentent une surface irrégulière et pleine d’aspérités, tavelée de dépôts blanchâtres qui rappellent la pierre érodée par les siècles. Il y a comme une torsion sémantique entre ce matériau industriel usé, vestige d’une conquête industrielle et technique avec ces formes qui renvoient à une dévotion sans âge. Temple sans religion, l’installation de caoutchouc et de métal aligne des totems désabusés de promesses non tenues.
L’artiste belge Xavier Mary s’est fait connaître par ses sculptures minimales en matériaux recyclés, néons, bernes et glissières d’autoroutes, et par un recyclage ironique de ses initiales transformées en logo commercial. C’est en découvrant les vestiges des temples Khmers en Thaïlande et au Cambodge que son envie de travailler sur un temple industriel a pris forme. Grâce au soutien de Pierre-Olivier Rollin et de l’équipe du BPS22, Xavier Mary a sillonné l’Europe, l’Afrique et l’Amérique à la recherche de pneus usagés aux dimensions de son rêve pyramidal.
Comme un miroir ironique de l’œuvre qu’il montre à Charleroi, l’artiste a créé une installation filmée dans les jungles du Cambodge. Dans un village où des artisans sculptent les autels bouddhiques, l’artiste a fait surgir de la pierre ses initiales dont il a fait l’une de ses signatures artistiques. Les grandes lettres XM, ont été ensuite menées sur une barge le long du fleuve pour être abandonnées en pleine jungle comme un autel dérisoire au narcissisme de l’art. Le film MX Sculpture, tourné avec du matériel pro au format ultra wide en 32/9 raconte cette aventure. Le résultat, qui lorgne plutôt du côté d’Apocalypse Now que de la vidéo d’artiste fauché, est bluffant. Découpé en trois chapitres, le film nous balade, entre vues panoramiques impressionnantes et split screen, du village des artisans à l’autel de la jungle dans les lumières chaudes et contrastées de l’aube et du crépuscule. (…)

Dans le cadre d’un partenariat engagé avec notre consœur belge Muriel de Crayencour, fondatrice et rédactrice en chef du site d’actualité artistique belge Mu-inthecity.com, nous vous proposons de poursuivre la lecture de cet article d’un clic.

Contact

Xavier Mary, MX Temple et Sanam Khatibi, Extra View – De ta salive qui mord, jusqu’au 1er septembre au BPS22, à Charleroi en Belgique.

Crédits photos

Image d’ouverture : MX Temple, 2019 © Xavier Mary, photo Leslie Artamonow courtesy Baronian Xippas – Too Many Parties © Xavier Mary, photo Leslie Artamonow collection Uhoda