« Peeping Tom’s Digest » ou l’art autrement

Peeping TomEt de quatre ! Après Berlin, Mexico et Beyrouth, c’est au tour de Paris d’être à l’honneur de la nouvelle édition de Peeping Tom’s Digest. A la fois livre et revue, cette publication bilingue français-anglais appréhende – tous les deux ans environ – la scène artistique contemporaine d’un territoire, en prenant une ville comme point de départ. A chaque fois, l’équipe du collectif Peeping Tom, créé en 2006 par Caroline Niémant et Stéphane Blanc, s’installe sur place plusieurs mois durant, le temps de découvrir et de rencontrer, un certain nombre d’acteurs de la scène locale, le plus souvent « grâce au bouche à oreille, à l’association d’idées et à la cooptation », est-il précisé dans un communiqué. « Sans ambition d’exhaustivité, chaque numéro est l’occasion de définir un espace polémique mettant en scène des dizaines d’intervenants, reflets d’une scène plurielle. Les contributions critiques, scientifiques ou documentaires se mêlent ainsi à des créations artistiques et littéraires ou encore à des conversations informelles : l’ensemble de ces propositions forme un corpus hétérogène et éclectique qui offre une lecture à plusieurs niveaux, destinée au plus grand nombre. » Quelque 70 intervenants – artistes, responsables institutionnels et associatifs, galeristes, chercheurs, etc. – ont participé à la réalisation du numéro dédié à Paris et ses environs. Leurs contributions questionnent notamment les notions de territorialité, d’appartenance et de cloisonnement et sont le fruit des différents groupes de travail et évènements qui ont rythmé le projet. Une soirée de lancement est programmée ce jeudi 2 juin, de 18 h à 21 h, à Shanaynay, espace d’exposition indépendant installé au 78, rue des Amandiers, dans le quartier de Ménilmontant à Paris. Visuel : Couverture du numéro #4 de Peeping Tom’s Digest.