Kapwani Kiwanga, Prix Sobey pour les arts 2018

Créé en 2002 par la fondation éponyme, le Prix Sobey pour les arts récompense chaque année un artiste canadien de moins de 40 ans. Doté d’une bourse de 100 000 dollars canadiens (environ 66 650 euros), il est considéré comme la plus haute distinction en art contemporain du pays. Le nom de son quinzième lauréat a été annoncé ce mercredi 14 novembre à Ottawa, au Musée des beaux-arts du Canada qui accueille, jusqu’au 10 février 2019, une exposition consacrée aux travaux des cinq nominés, chacun représentant l’une des régions du pays. Il s’agit de Kapwani Kiwanga, plasticienne originaire de l’Ontario et installée à Paris. « Grâce à ce prix, je pourrai créer les conditions propices pour me consacrer encore plus intensément à ma pratique et l’amener plus loin dans les prochaines années, note-t-elle. Je suis honorée de faire partie de ce groupe d’artistes talentueux dont les voix fortes nous rappellent le pouvoir qu’a l’art d’émouvoir et de bousculer. Je remercie tous ceux qui ont exprimé leur foi, encouragement, soutien, questionnement, confiance, désaccord, motivation, partage, contestation et aide. » Les quatre autres finalistes sont Jordan Bennett, Jon Rafman, Joi T. Arcand et Jeneen Frei Njootli ; chacun recevra la somme de 25 000 $ CA (16 660 €). Présidé par Josée Drouin-Brisebois, conservatrice en chef de l’art contemporain du Musée des beaux-arts du Canada, le jury a pour sa part souligné la capacité de Kapwani Kiwanga à créer « un vocabulaire visuel pour réinterpréter les complexités et périphéries de l’histoire ». « Elle met au jour les brèches dans la trame narrative humaine. A partir d’archives et d’autres sources de référence, dont l’anthropologie, l’agriculture et l’urbanisme, elle révèle les effets planétaires du projet colonial. Ce faisant, elle met en lumière les structures cachées de l’autoritarisme, les mécanismes institutionnels et les rapports de force inégaux pour nous aider à voir le monde différemment. » Visuel : Simple enceinte, Kapwani Kiwanga, 2018. © NGC, Ottawa .