Art, nature et mémoire en dialogue à la Friche de l’Escalette

Située à l’orée du Parc National des Calanques de Marseille, la Friche de l’Escalette, qui a abrité une usine de traitement de minerais de plomb entre 1850 et 1925, se voit peu à peu transformée par ses propriétaires en parc de sculptures. Chaque été depuis son ouverture au public en 2016, Eric et Elliot Touchaleaume invitent en effet un ou plusieurs artistes à venir dialoguer avec les lieux. Outre une exposition rendant hommage à l’architecte et designer Jean Prouvé (1901-1984), les visiteurs peuvent aujourd’hui découvrir des œuvres signées Marjolaine Dégremont et Vincent Scali, Max Bill, Parvine Curie, Stahly, Lardeur, Haber et Coulentianos, ainsi qu’une nouvelle installation présentée par Myriam Mihindou, artiste à l’honneur de cette saison 2019. Réalisée initialement pour la Chapelle Picasso de Vallauris, en 2018, Transmissions est constituée d’un ensemble de cannes en grès chamotté, à la peau rugueuse et aux teintes sourdes, qui sont suspendues par des cordes de chanvre aux branches d’un pin en prise avec le vent. L’ensemble évoque ces arbres sacrés couverts d’ex-voto et d’offrandes dédiés aux divinités de la nature. Ouvert sept jours sur sept jusqu’au 30 septembre, le site propose quatre visites guidées gratuite par jour pour des groupes de 15 personnes maximum. Plus d’informations et réservations sur http://friche-escalette.com. Visuel : Transmissions, Myriam Mihindou, 2018. Photo C. Baraja – E. Touchaleaume, courtesy galerie Maïa Muller.