Mark Brusse – Un feu follet sans frontières

Infatigable globe-trotter, Mark Brusse s’est tout au long de sa vie et de son parcours d’artiste nourri de voyages, de rencontres humaines et imprégné de mythes culturels. Basé à Paris depuis le début des années soixante, le Néerlandais a notamment séjourné à New York, à Berlin, au Japon et en Corée du Sud, mais aussi en Equateur, à Porto Rico, en Italie, en Espagne et à La Réunion. « En travaillant régulièrement dans des endroits éloignés de mon atelier parisien, je me laisse librement influencer par des cultures qui ne sont pas la mienne. Ainsi j’arrive à réviser mes idées, à élargir mon histoire dans un autre langage et éviter de tomber dans la répétition mortelle », confiait-il, il y a quelques années, au magazine Art Absolument. A la fois sculpteur, peintre et graveur, il questionne très tôt les notions d’espace et d’environnement, voue une sympathie particulière au bois brut, se prend d’affection pour une multitude d’objets et matériaux qu’il récupère au fil de ses balades avant de les incorporer en d’énigmatiques assemblages ou collages.

Mû par une inextinguible curiosité, il se laissera interpellé ici par le courant minimaliste, émouvoir là par la grâce de quelques figures votives, séduire plus loin par les coutumes asiatiques. Ne tolérant pas d’être réduits à une période donnée ou à une lubie passagère, ses coups de cœur et découvertes viennent peu à peu enrichir ses champs d’inspiration et d’expression artistiques, et s’y ancrer. « Je n’essaie pas d’être un témoin de mon temps, je tente plutôt de toucher à quelque chose de plus intemporel, pas trop lié à une actualité ou un lieu particulier» Poésie, clins d’œil et humour souvent accompagnent sa démarche, qui, depuis plus de cinquante ans, oriente le développement d’une œuvre remarquable à la fois de diversité et de cohérence. D’autant qu’à 73 ans, l’artiste semble encore loin d’être rassasié du monde dont il poursuit son exploration passionnée, et ce pour notre plus grand plaisir.

Deux expositions lui sont simultanément consacrées à Dunkerque et dans la ville voisine de Gravelines. La première rassemble plus de 80 œuvres illustrant les axes fondamentaux de son cheminement artistique. La seconde invite à découvrir la partie imprimée de son travail, à travers une centaine d’estampes indépendantes et de livres d’artiste réalisés depuis 1954. Une sélection par ailleurs complétée de plusieurs assemblages et masques en terre cuite.

Mark Brusse, photo Adam Rzepka, ADAGP, Paris 2010
,

GALERIE

Slider: images non trouvées

Contact
Heureusement l’art n’est pas raisonnable, jusqu’au 19 septembre au LAAC, 302 avenue des Bordées, Jardin de sculptures, 59140, Dunkerque, France.
Tél. : 03 28 29 56 00 www.musees-dunkerque.eu.
Estampes, 1954-2009, jusqu’au 16 mai au musée du dessin et de l’estampe originale de Gravelines. www.ville-gravelines.fr
Crédits photos
About the third Step, sculpture assemblage, bois, terre cuite, fonte, peinture (54 x 225 x 108 cm) © Mark Brusse, photo Sébastian Van den Berg, ADAGP, Paris 2010,Around the little Ladder, lithographie (14,5 x 13 cm) © Mark Brusse, photo Adam Rzepka, ADAGP, Paris 2010,Bob’s empty chair, assemblage (104 x 65 x 40 cm) © Mark Brusse courtesy galerie Louis Carré, photo Adam Rzepka, ADAGP, Paris 2010,Natural Wood n°IV, bois naturel et bois laqué (143 x 118,5 x 118 cm) © Mark Brusse, collection du Laac de Dunkerque, photo Bertrand Huet, ADAGP, Paris 2010,Nightwings, lithographie (170 x 130 cm) © Mark Brusse , collection du musée de Gravelines, photo Adam Rzepka, ADAGP, Paris 2010, © Mark Brusse, photo Adam Rzepka, ADAGP, Paris 2010