Le travail à l’œuvre | L’alternative | Exposition collective

Les trois FRAC du Grand Est se réunissent cet été autour d'une thématique commune d'exposition : le travail sous toutes ses formes ! À Reims, le FRAC Champagne-Ardenne ouvre le cycle Le travail à l’œuvre avec une exposition de groupe intitulée « L'alternative », ou comment travailler autrement. Suivi par le 49 Nord 6 Est - Frac Lorraine à Metz qui aborde, à travers son exposition collective « Ressources humaines », le travail dans sa dimension sociale, morale et invisible tout en guidant la réflexion jusqu'au cœur du milieu artistique. Le FRAC Alsace à Sélestat présente, quant à lui, une installation in situ de l'artiste Michael Beutler dans laquelle processus de création et technicité productive s'entremêlent. Il apparaît aujourd’hui indispensable, au vu des mutations profondes qui se sont opérées ces dernières décennies, de questionner la notion même de travail, de s’interroger sur la place que cette activité a occupé et occupe dans notre quotidien. En effet, les différentes révolutions industrielles et numériques et les grands bouleversements économiques survenus récemment ont résolument modifié notre rapport au travail, et ont entraîné de profondes évolutions sociétales, remettant notamment en question les frontières et la hiérarchie entre le temps dévolu au travail et celui consacré au loisir.Ainsi, face à une idéologie dominante qui chercherait à imposer un modèle unique ne pouvant être remis en question, se sont déployées des initiatives – citoyennes, politiques, artistiques – qui tentent de faire émerger de nouveaux possibles, d’autres manières d’envisager le (non-) travail et l’organisation de nos sociétés. L’exposition de groupe présentée au FRAC Champagne-Ardenne, intitulée L’alternative, s’intéresse à la manière dont se sont développés, au fil du temps, ces modes de production alternatifs, parallèles, en marge des courants dominants et en réaction à des structures et organisations du travail potentiellement aliénantes. Qu’ils s’inspirent de modèles éprouvés, témoignent de moments ou situations symboliques et potentiellement charnières, s’infiltrent dans les rouages de cette idéologie dominante qu’est le capitalisme ou en proposent des formes alternatives, les artistes réunis dans cette exposition tentent, chacun à leur manière, d’interroger notre rapport au travail et d’en reconsidérer les fondements, dans des contextes socio-économiques particulièrement sensibles. S’ils ne sont pas dans la revendication frontale, ces artistes cherchent tous, par leurs productions, à repenser – plus que renverser – l’ordre établi. Avec les œuvres de Francis Alÿs, Francis Cape, Plamen Dejanoff, Jeremy Deller & Alan Kane, Documentation Céline Duval, David Evrard, Patricio Gil Flood, Jeanne Gillard & Nicolas Rivet, Elsa Maillot, Jean-Charles Massera, Jean-Luc Moulène, Jean-Marie Perdrix, Julien Prévieux, Superflex, Koki Tanaka. Visuel : Francis Alÿs, Sometimes Making Something Leads to Nothing (Il arrive que faire quelque chose ne mène à rien), 1998. Cromalin colorié, tampon et texte, cadre bois et verre, 7 x (35,8 x 27,4 cm) Collection Institut d’art contemporain, Rhône-Alpes.