Ra’anan Levy | L’épreuve du miroir

« Une dualité importante dans les images de Ra’anan Levy, et non encore vraiment élucidée par la critique, est celle qui oppose et associe les espaces vides d’une part et d’autre part les éléments surchargés, tels que les pièces jonchées de livres ou les tables entièrement recouvertes du matériel du peintre ; pots ou chiffons, quand il ne s’agit pas de véritables entassements de tissus. Ces deux thèmes du vide et du plein sont accentués par l’alternance manifeste de tons ternes et de couleurs vives, qui a pu être décrite comme “une anorexie et une boulimie de tonalités”. Leur communication doit donc être comprise, d’après le peintre, comme s’opérant par les ouvertures (pots, bouches, évacuation de l’évier, etc.). L’idée d’une entité se remplissant et se vidant perpétuellement peut entraîner une réflexion sur le désir, dont l’essence est de ne jamais pouvoir être durablement comblé et qui peut être illustré par l’exemple, chez Platon, du pluvier qui se nourrit et fiente en même temps. Le drame de notre nature humaine désirante est le suivant : le désir aussitôt satisfait disparaît, pour laisser bientôt naître un nouveau désir à rassasier, et ainsi de suite, indéfiniment.  » Hervé Lancelin, commissaire de l’exposition. Visuel : L’épreuve du miroir, Ra’anan Levy, 2019. Photo Jean-Louis Losi.