Nathalie Elemento | « Motivus » on touche avec les yeux

« Si seulement une fois adulte, nous avions cette capacité de toucher avec les yeux… Voir pour moi n’est pas ne pas toucher, c’est au contraire toucher du regard intensément, s’approcher plus encore, essayer de comprendre, envisager les possibilités. A bien y réfléchir la distance est nécessaire pour s’approcher sinon cela signifie qu’on y est, tout est dit, et que d’une certaine manière nous sommes condamnés à un angle de vue. Un dessin nécessite et, peut être, mérite plus de distance. Un dessin est un schéma de pensée, et une pensée est mouvante. Avec les projets de dessins en braille, même si l’expérience du ressenti ne peut être tactile, la construction du langage donne un autre sens et indique une lecture au travers de la composition. Ainsi le “vouloir dire” détermine ici les dimensions des dessins en fonction de la longueur du phrasé. Mes sculptures sont des “sculptures d’usage” à l’opposé du design, praticables mais pas pratiques du tout. Elles sont des objets de pensée à partager et certaines questions nécessitent d’être abordées du bout des doigts si l’on peut dire, jusqu’au toucher ou “jusqu’au moins” cette envie de toucher. C’est une autre manière de percevoir. Je demande aux adultes de toucher avec les yeux les dessins mais de ne pas avoir peur de casser les objets. C’est de cela dont je parle lorsque je dis “sculpture d’usage” : c’est à la fois l’utilisation visuelle mais aussi une anticipation sur la manière dont le spectateur va s’en emparer dans sa gestuelle, sa position physique ou mentale, son positionnement en relation avec la position de l’objet dans l’espace ou de sa pensée. » Nathalie Elemento. Visuel : Sans motif apparant, Nathalie Elemento, 2017. Collection Frac PACA.