J’ai des doutes. Est-ce que vous en avez ? | Exposition collective

Mireille Blanc

« L’exposition pose une question, vous pose une question. Peu importe l’époque, l’œuvre d’art pose toujours la question du doute, des certitudes, de la vérité, de l’image et des apparences. Entre 1928 et 1929, Magritte, dans La Trahison des Images, déclare d’une manière autoritaire qu’une pipe n’est pas une pipe. Les peintures, dessins et photographies réunies ici engagent différents modes d’accès aux images : le sujet, le motif, le langage, en résumé, le signe, le signifié et le signifiant La réception et l’interprétation des œuvres génèrent-elles une vérité, une certitude ? Que voit-on ? Que disent les images ? En 1985, Gilles Deleuze en parlant du doute et de l’individu pensant, déclare : “Parce que je peux douter de tout ce que je veux, je peux même douter que vous existiez, et je peux même douter que j’existe, moi. Même moi, oui. Pourquoi je ne pourrais pas douter ? Il n’y a qu’une chose dont je ne peux pas douter, c’est que je pense. Pourquoi que je ne peux pas douter que je pense ? Parce que douter c’est penser.” Nous vivons depuis quelques années maintenant dans un flux d’images incessant qui tourbillonne, formate et insensibilise. J’ai des doutes. Est-ce que vous en avez ? propose de prendre un temps spécifique, pour s’attarder sur les images, de la regarder réellement pour en déceler les couches visuelles, conceptuelles et critiques. Les œuvres ne se dévoilent pas du premier regard, elles réclament une attention, un soin, un effort. L’exposition invite ainsi à se méfier des apparences, à fouiller, à remettre en cause les certitudes, les habitudes, les déterminations. » Julie Crenn, commissaire de l’exposition. Avec Henni Alftan, Mireille Blanc, Henri Cueco, Coraline de Chiara, Jean-Charles Eustache, Gaël Davrinche, Damien Deroubaix, Leo Dorfner, Tania Mouraud, Françoise Pétrovitch et Nils Udo. Visuel : Nappage, Mireille Blanc, 2016.