Christophe Ronel

Le parcours métissé et humaniste de Christophe Ronel, nourri autant par la peinture, le crayon ou les mots, est une véritable invitation au dialogue des cultures comme au partage des différences. Peintre voyageur, il nous entraîne dans un périple fabuleux où l’observation, le vécu, les souvenirs, croisent un imaginaire effervescent qui tient autant du cabinet de curiosités que des anciens récits de voyageurs dont il est friand. Le spectateur est immergé, entraîné dans ce fleuve pictural de matières, couleurs et graphisme. Au détour d’un tableau, il sera surpris par un petit personnage enfantin ou bien transporté dans des contrées étranges peuplées de personnages mi-humains, mi-animaux. L’univers artistique de Christophe Ronel s’est imposé au fil des années avec une générosité et une truculence singulière où la figuration est prétexte à des agencements plastiques insoupçonnés, entre scènes de théâtre et danse de vie. Sa démarche est pétrie de références à l’histoire de l’art, sans pour autant s’attacher à un courant en particulier. Il préfère poursuivre seul et librement sa route, privilégiant une quête perpétuellement renouvelée où l’expérience d’artiste ne bride en rien l’instinct. Depuis le début des années 1980, Christophe Ronel a multiplié les expositions en France et à l’étranger, forgeant cette expression inclassable qu’il nomme parfois avec un soupçon d’humour : figuration syncrétique. Visuel : Anatomie mythique du grand fripé, Christophe Ronel, 2017-2018. Photo S. Vervisch / ADAGP, Paris 2019.