Barthélémy Toguo | Déluge

Toguo

« Comment pourrais-je ne pas être sensible aux nombreuses situations de détresse que notre monde rencontre aujourd’hui ? Nous sommes dans une période où le climat est bouleversé, où les catastrophes naturelles se trouvent amplifiées par l’imprévoyance et la désastreuse gestion de l’espace vital, par les risques pris avec les sources d’énergie. La Mère Nature est partout malmenée. En outre, le terrorisme sévit en de nombreuses régions et nous plonge dans les situations de plus en plus tragiques relayées de façon dramatique par les médias du monde entier. Bref, le “déluge” est là presque partout, les ouragans, les tsunamis, le feu, les massacres, la guerre, l’exil, les naufrages, les frontières qui se ferment. Le Déluge, l’idée d’anéantissement par un déchaînement des éléments, de punition divine suite à des fautes commises, puis de Renaissance figure dans les mythes fondateurs de quasiment toutes les civilisations humaines. De nombreux artistes s’y sont confrontés à travers les siècles et je pense qu’il est temps pour moi, aujourd’hui, de prendre le risque d’évoquer dans mon art et dans cette exposition les déluges actuels. Les cercueils alignés dans la Chapelle Sainte-Anne sont ceux de toutes les victimes des désastres actuels à travers le monde. Ils sont encadrés sur les deux murs latéraux par douze grandes peintures sur le thème du déluge : la menace, l’approche de la catastrophe, le déchaînement des éléments et des violences, l’épuisement et enfin l’amorce d’un renouveau possible. Enfin, de la voûte descendent des représentations végétales florissantes qui évoquent la renaissance de la vie après la dévastation. » Barthélémy Toguo. Visuel : Déluge (série), Barthélémy Toguo.