Pascaline Marre | Fantômes d’Anatolie

« Sur le terrain de la photographie, Pascaline Marre campe sa singularité par son choix d’approcher au plus près les vies matérielles. Car c’est là, dans l’environnement familier des habitants d’Anatolie, dans le réagencement des pierres, dans le réemploi des édifices, qu’elle décèle l’actualité de la disparition des Arméniens. L’approche de Pascaline Marre fait ainsi songer au projet de la micro-histoire, pour sa capacité à saisir des configurations sociales complexes en s’arrêtant sur un détail, en plaçant les traces et les restes au coeur de sa quête. Le médium adopté permet aux choses d’acquérir du sens, dès l’instant où, photographiées, prises en charge par la double subjectivité de l’auteur et du spectateur, elles deviennent autant de fenêtres ouvrant sur l’invisible. » Anouche Kunth, historienne. Visuel : Arapkir, Maison abandonnée, Série Fantômes d’Anatolie, Turquie , 2009-2015 © Pascaline Marre.