Jaume Plensa | Noir & Blanc

Quand on demande à Jaume Plensa quels sont les artistes qui l’ont le plus inspiré, il nomme des musiciens, des dramaturges, des poètes. La phrase qu’il cite le plus souvent « One thought fills immensity » (William Blake, Proverbs of Hell) vaut pour lui comme une définition de la sculpture. En sculpteur, il s’est approprié les quatre espaces parisiens de la Galerie Lelong & Co. autour d’un titre en français Noir & Blanc. Dans la grande galerie de la rue de Téhéran, des portraits en marbre d’un blanc pur contrastent avec d’autres en granit noir. C’est une sorte de partie d’échecs qui se joue ici, où les différentes pièces des deux couleurs se répondent et créent une architecture invisible. L’artiste a aussi pensé aux touches d’un piano, où les noires se distinguent des blanches et combinent néanmoins des accords harmonieux. Dans l’espace de l’avenue Matignon, deux portraits de jeunes femmes ont été dégagés de blocs d’albâtre aux tons terreux, et se font face. Les visages sont recouverts d’une peinture blanche qui met en avant leur douceur, et contraste violemment avec la pierre brute visible au dos. Dans l’arrière-salle, une série de petits portraits sombres en bronze sont alignés les uns derrière les autres. Comme souvent chez Plensa, la lumière joue un rôle crucial en apportant une dimension dramatique. Le Noir & Blanc évoque aussi le contraste élémentaire du dessin, et c’est une suite d’encres sur papier japonais que l’artiste a choisie pour la petite salle d’exposition appelée le « Salon ». À la librairie, l’espace consacré aux estampes, il présente un ensemble de gravures et impressions numériques récentes. Visuel > © Jaume Plensa. Photo : FotoGasull. Courtesy Galerie Lelong & Co.