Hippolyte Hentgen | Marble Canyon

« Hippolyte Hentgen c’est comme un groupe de rock, un duo de filles. Il y aurait Gaëlle Hippolyte à la guitare et Lina Hentgen à la basse, et elles joueraient quelque chose qui sonnerait comme : Ziiiiiip ! She bam !!! Leur rencontre date du début des années 2000 au Point FMR, où elles partageaient un atelier dans ce qui s’apparente à l’époque au QG des cultures alternatives à Paris. C’est dans ce grand bain culturel où se produit un joyeux mélange des genres - de la musique à la vidéo, au cinéma, à la danse et aux arts visuels - que leur duo se forme. Hippolyte Hentgen, le troisième artiste qui naît de l’association de leurs noms de famille, émerge ainsi de ce Big Bang originel à l’esthétique post-moderne où les influences sont mises à plat sans soucis de hiérarchie, et proviennent tout autant de la culture populaire que de la pré-supposée grande culture. Dans leur pratique du dessin, il n’y a pas de création ex-nihilo, tout provient de quelque part, a une origine et y revient. Avec Hippolyte Hentgen on passe à travers différents états du dessin. C’est un dessin expansif, qui sort du cadre, se répand sur les murs, s’anime et même se développe en trois dimensions. On navigue de grands formats sur papier réalisés au fusain et rehaussés de touches de couleurs jusqu’au dessin animé. Ici, la pellicule est appréhendée non pas comme une suite de photographies mais comme une matière aux qualités plastiques : les bobines de films d’animation historiques sont grattées, peintes et gribouillées à la manière des premiers films expérimentaux. Les dessins prennent aussi la forme de grands collages et assemblages de textiles, tantôt suspendus tels des tentures, tantôt répandus dans l’espace, jouant de l’architecture, ou encore roulés sur eux-mêmes et sanglés pour devenir un volume, une sculpture en ronde-bosse. » Karin Schlageter, commissaire de l’exposition. Visuel : Sans titre (détail), Hippolyte Hentgen, 2017. Courtesy Semiose.