Christophe Boursault | La fuite des egos

Christophe Boursault

Il faut beaucoup de couleur pour rendre l’invisible visible. Alors Christophe Boursault ne peint pas, il dégoupille. Pas forcément avec le sourire, mais avec humour et facétie. Bien sûr, il n’est pas le premier à envoyer comme ça la couleur dans l’espace. Mais à chaque tableau, il part à la conquête. Dans sa grande course, il égrène des mots et des indices, tenter de les suivre ou de les résoudre est la garantie de se perdre. Là réside sans doute son but. L’invitation est lancée mais il n’y pas de destination, juste un chemin parsemé de peintures folles. On l’emprunte, un peu impressionné, un peu terrifié – fasciné. Visuel : La fuite des egos (détail), Christophe Boursault, 2015.