Albarrán Cabrera | Someone lived this

« Avec Someone lived this, et pour leur première exposition à Paris, le duo espagnol Albarrán Cabrera interroge la réalité de notre mémoire. Il propose de penser les œuvres d’art comme les supports d'un voyage imaginaire, vers le rêve, qui permet la création de souvenirs fictifs. Ces photographies sont inspirées par leurs voyages, leurs lectures, les œuvres qu’ils aiment et qui les touchent. Devant la beauté des paysages, de la lumière scintillante, des couleurs subtiles, le spectateur rêve à son tour d’échapper au temps, de retrouver un lien avec la nature - très présente dans leurs oeuvres - comme une consolation devant l’actualité du monde. Le mystère des personnages dans l’ombre de la série This is you here nous rappelle des amis perdus de vue ou les souvenirs oubliés de l’enfance dont seule la photographie garde une trace. Excellents connaisseurs de l’histoire de la photographie et des techniques anciennes, ils ont conçu au fil des ans des procédés de tirages uniques etprécieux. Ils allient le tirage traditionnel argentique, le cyanotype ou le tirage platine-palladium à l’utilisation de pigments, de papiers japonais et de feuilles d’or. Leurs images se parent ainsi d’une profondeur et d’une lumière singulières qui semblent faire vibrer l’image, et l’animent de l’émotion qui a accompagné sa création. Loin d'une simple image de la réalité, la photographie d'Albarrán Cabrera devient un objet magique, une fenêtre ouverte vers d'autres mondes. » Florence Pillet, historienne de l’art. Visuel : The Mouth of Krishna #246, Albarrán Cabrera, 2013.