Les métamorphoses du corps de Tatiana Da Silva Vaz

Série Recordar, 2024. ©Tatiana Da Silva Vaz

Sorbonne Artgallery accueille actuellement l’exposition Recordar de Tatiana Da Silva Vaz, Prix AMMA 2024. La série de neuf tirages photographiques a été imaginée en harmonie avec l’architecture imposante de l’université parisienne. A découvrir jusqu’au 21 juin.

Recordar – se souvenir en portugais – de Tatiana Da Silva Vaz s’impose comme une réminiscence de l’œuvre en trois dimensions de la jeune artiste. Imaginée et conçue spécialement pour Sorbonne Artgallery, neuf tirages photographiques dévoilent ses pièces comme autant d’enveloppes, de peaux et de surfaces. Saisis sur fond neutre, ces dernières imposent une sérénité, tout en suggérant des histoires sensibles chargées d’affects. L’ensemble ramène au corps, à son apparence, ses évolutions, ses métamorphoses, ses fragilités aussi.
Artiste et designer, Tatiana Da Silva Vaz est née à Lisbonne en 1998 et diplômée de l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris (ENSAD) en 2023. La dimension plastique de son travail convoque une grande pluralité de médiums et de matériaux (sculpture, photographie, supports textiles…) tout en conservant une simplicité formelle délibérée. Récemment, son exposition Morfo Primária présentée à la tour Orion, à Montreuil, explorait le motif de la peau.
Le processus créatif de Tatiana Da Silva Vaz trouve sa source dans l’ordinaire, notamment pour les représentations qu’il lui inspire (plante de pied, main velue, grain de peau ou poil) et les matériaux qu’il lui offre (latex, cuir, fil ou papier hygiénique). Chaque œuvre est un trait d’union entre ce que voit le regardeur et ce que son corps vit sans parfois qu’il en ait même conscience. L’artiste vise à exprimer le lien entre le sensible et le sentiment dans une exploration de la notion de corporéité, du corps et de ses transformations.
Tatiana Da Silva Vaz est lauréate du Prix AMMA 2024. L’Association du Master Marché de l’Art de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne a pour ambition de préparer les étudiants aux différents métiers se rapportant au marché de l’art. En 2016, elle a créé son prix destiné à des étudiants dans le but d’être pour eux un tremplin et une ouverture sur la scène artistique actuelle.

Série Recordar, 2024. ©Tatiana Da Silva Vaz

Infos pratiques > Recordar, Tatiana Da Silva Vaz, jusqu’au 21 juin 2024 à Sorbonne Artgallery, place du Panthéon, Paris.

Print Friendly, PDF & Email